Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift_33.jpg
   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*

Shift (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.

Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.

En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

   Shift   is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.  The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.  By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.    Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory" . Also featured on  Aint-Bad Magazine .   *  
  
 
  
    
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 FR 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;}
 
      Shift   (faille d’un séisme, changement et déplacement en anglais) esquisse un portrait personnel de la ville de Spitak, l’épicentre du séisme de 1988 qui dévasta le nord de l’Arménie (alors membre de l’Union soviétique) à un tournant de son histoire. Le tremblement de terre, qui frappa l’Arménie le 7 décembre 1988 à 11h41 (heure locale), se solda par des dizaines de milliers de victimes (4003 à Spitak, qui comptait alors 18 500 habitants), des centaines de milliers de sans-abri dans toute la région, et la destruction de nombreux villages et villes, dont Spitak. La reconstruction de la ville, toujours inachevée en 2014, se poursuit depuis plusieurs décennies avec le soutien financier et logistique de l’aide internationale, de la Banque mondiale et de la diaspora arménienne.  Les retombées du séisme mirent en évidence l’émiettement de l’URSS, et marquèrent le début de nouvelles relations entre l’Arménie et le reste du monde grâce à sa vaste diaspora. Elles marquèrent aussi le début d’une longue série d’épreuves pour reconstruire le pays enclavé et relever le défi de la transition démocratique, avec pour toile de fond des hivers historiquement froids, un conflit avec l’Azerbaïdjan au sujet de la région contestée du Haut-Karabagh, une crise énergétique et un blocus imposé par la Turquie à l’ouest et l’Azerbaïdjan à l’est. Compte tenu des impacts humain, matériel, économique et psychologique indélébiles du séisme, l’avant et l’après séisme sont devenus des repères chronologiques au même titre qu’avant et après Jésus-Christ.  En entrecoupant des portraits de plusieurs générations de natifs de Spitak avec des vues d’intérieurs et des paysages, j’ai tenté de former une mosaïque évoquant les strates historiques et les histoires personnelles imbriquées dans cette ville ressuscitée, tout en explorant des notions étroitement liées comme la mémoire et la topographie, l’appartenance et l’identité, et surtout, la résilience d’un peuple face à l’adversité et l’incertitude.

Shift is an intimate portrait of contemporary Spitak, Armenia, the city closest to the epicenter of the 1988 Armenian earthquake, which devastated the north of the country (then part of the Soviet Union) at a pivotal juncture in its history. The earthquake, which struck on December 7, 1988 at 11:41 local time, resulted in tens of thousands of deaths (4,003 just in Spitak – out of 18,500 inhabitants), the homelessness of hundreds of thousands more across the region, and the wholesale destruction of many towns and cities, including Spitak itself. The reconstruction of the city has been ongoing for several decades with the financial and logistical support of international aid, the World Bank, and the Armenian diaspora.

The fallout from the quake revealed the crumbling condition of the USSR, and marked the beginning of new relations between Armenia and the world through the former’s far-flung diaspora. It also marked the starting point of the long and arduous struggle to reconstruct the landlocked country, and to reshape it into a democracy against a backdrop of historically cold winters, a war with Azerbaijan over the disputed region of Nagorno-Karabakh, an energy crisis and a blockade by Turkey to the west and Azerbaijan to the east. Given the human, material, economic and indelible psychological toll of the earthquake, “Before the quake” and “After the quake” have become chronological concepts akin to “Before Christ” and “Anno Domini”.

By interweaving portraits of several generations of Spitak natives with interiors and landscapes, I have attempted to assemble a mosaic that hints at the historical layers and personal narratives embedded in this newly reborn city, while exploring entwined notions of memory and topography; location and dislocation; belonging and identity; and, throughout, resilience in the face of loss and uncertainty.

Story published in The Calvert Journal as part of the special report "Landscape & memory". Also featured on Aint-Bad Magazine.

*